Dans une démarche engagée de zéro déchets, j’utilise depuis longtemps mes bocaux en verre pour aller dans les épiceries chercher mes produits en vrac. De même j’ai éliminé l’aluminium et le film en plastique au profit des bee wraps pour éliminer un maximum de perturbateur endocriniens. Mais comment faire plus encore ? j’utilise les circuits courts pour les produits frais. Locavore, je réduis au maximum mon empreinte carbone. Un panier en osier pour les fruits et légumes, peu de route, pas de pesticides. Mais chez mon boucher ? 

Quels contenants ZD chez le boucher ?

Là encore, je vais chez un producteur qui travaille de ses mains. Pas juste des morceaux de viandes emballés sous vide en provenance de je-ne-sais-où. J’avoue que ma démarche l’a surpris. Me voir arriver avec mes plats en verre, fermés hermétiquement l’a profondément interloqué. Mais très vite il a compris la démarche. L’avantage de faire ses courses chez un producteur local, c’est qu’il est capable d’adapter ses quantités à mes contenants. Bon, il lui a fallu un temps d’adaptation pour penser à tarer sa balance et à ne plus me donner de papier d’emballage (on a dit zéro déchet !), mais maintenant c’est devenu une habitude. Et certains clients se sont mis à faire comme moi … l’effet boule de neige sans doute. 

Pourquoi mon boucher est-il lui aussi gagnant ?

D’abord pour une raison très simple : il gagne en coût d’emballage ! et puis, le bouche à oreilles fonctionnant, il a agrandi sa clientèle vertueuse pour la planète. Les gens sont de plus en plus sensibles à l’écologie, et si chacun, comme le colibri fait sa part, nous protègerons notre terre. 

La prochaine fois, j’essaie d’aller chez le boulanger avec mes sacs recyclables et mes plats en verre recouverts de wrap pour transporter mes gâteaux. 

Je vais chez le boucher avec mes contenants
5 (100%) 1 vote